170912 - CYPRES @ LE RESERVOIR - PARS - 75



Ce mardi, rendez vous au réservoir pour une belle date de l'ami Cyprès. Pour les afficionandos du chanteur, le réservoir rappelle une jolie date, il y a quasiment 2 ans jour pour jour et en juger par le monde, tout le monde avait envie de revivre une belle soirée.


Ce soir, Cyprès était accompagné par l'orchestre de bohème. Ceux qui connaissent un peu l'artiste n'ont pas été complètement dépaysé car certains musiciens l'avaient déjà accompagné, Anaïs Laffon au violon bien sur mais aussi Mathieu Baud à la contrebasse et Anne-charlotte Jan-Muger au violoncelle. On pourrait croire à un trio à corde mais Guillaume Triquet à la batterie vient apporter des percussions.


Si vous ne connaissez Cyprès qu'avec des vidéos ou des titres enregistrés, vous pourriez avoir peur d'assister à une réunion des «dépressifs anonymes» en vous rendant à un des ses concerts! Et vous vous tromperiez car un concert de Cyprès est tout sauf triste. Bien sur on va pas se mentir, Cyprès c'est pas la compagnie créole … heureusement.

 

Le garçon fait preuve d'un solide humour voire d'une autodérision qui crée une jolie complicité avec le public. Il faut dire que lorsqu'on joue dans le métro, on apprend à accrocher un public «difficile» alors quand le public a payé pour venir vous voir, c'est broadway!!

 

Il n'y a pas que l'humour et le savoir faire qui ont conquis le public du réservoir, la variété du répertoire y est aussi pour beaucoup car quand au cours du même concert, on passe de Victor Hugo à Bernard Lavilliers en passant par Polnaref entre des titres de sa composition, on comprend que le grand écart n'est pas loin et pourtant, Cyprès, tel un gymnaste des mots, enchaîne ses titres avec naturel, se permettant même à la fin une figure libre totalement improvisée... (monsieur Cyprès, il faudra commencer à prévoir vos rappels.)


Vous l'aurez compris, je fus conquis par ce moment et je ne fus pas le seul car l'ovation qui a suivie le salut pour lui demander un rappel fut le signe d'un vrai beau moment de partage. Si j'osais un jeu de mot, nous ne fumes jamais Cyprès du paradis 

 
(oui j'ai osé)

































 


 Jean Philippe TROTIER

Aucun commentaire :