131016 - KARPATT @ THÉÂTRE DES BERGERIES - NOISY LE SEC





Karpatt met le feu à Noisy le sec.

Nul doute qu'avec un titre comme ça, on va faire les gros titres dans la presse à sensation... mais si Karpatt à mis le feu, c'est dans le bon sens du terme bien entendu.
Et oui ne reculant devant rien pour vous offrir des images, Arteos à envoyé votre serviteur à Noisy le sec dans le 9-3 (rendez vous compte), si j'avais travaillé sur D8 ou W9, j'aurais pu intituler mon article « voyage dans la misère sociale » (ça fait vendre ça) mais en fait rassurez vous c'est pas si terrible et j'aurais plutôt choisi un titre comme « voyage dans la richesse culturelle ».

Pour la troisième et dernière fois de la semaine, Karpatt était au théâtre des bergeries. Le théâtre des bergeries est un théâtre de banlieue comme il en existe heureusement quelque uns en ces temps de disette budgétaire et les affiches des spectacles passés montre un éclectisme et une belle qualité de programmation.

Le concert du soir avait lieu dans la petite salle aménagée en « café-confert » avec des tables et des chaises. La petite taille de la salle associé à cette configuration permet une grande proximité entre le public et le groupe. Le public était très hétérogène en age comme en connaissance du groupe : certains connaissaient parfaitement le répertoire de Karpatt, d'autre moins mais cela ne les a pas empêché de participer de manière très spontanée. En aparté, un gros merci à l'accueil du personnel du théâtre qui fut charmant et à l'éclairagiste. (qui n'est pas encore passé aux LED, il me comprendra).




Après cette magistrale introduction (il faut bien se lancer des fleurs) venons en au sujet du jour.

Karpatt en concert, c'est toujours un événement, une rencontre entre un groupe et un public, un partage intense et jubilatoire.
Pensez donc, Karpatt est formé depuis 19 ans donc des publics ils en ont rencontrés et l'expérience de la scène est là. Par contre réduire leur talent à leur seule expérience est très largement abusif, Au delà de l'expérience, il y a bien sur un talent musical indéniable mais aussi et surtout une vrai envie d'échanger qui est toujours présente.
Un concert de Karpatt n'est pas un récital, c'est une interaction constante avec le public du jour et souvent au cours du concert le trio se transforme en quatuor lorsque le public les rejoint.
Fred (guitare, chant) est capable d'improviser une petite chanson sur une supposée rivalité entre Noisy le sec (lieu du concert) et Romainville (ville voisine où réside Hervé le contrebassiste), Gaétan (le guitariste) est capable de prêter son djembé à un spectateur (d'au moins 70 printemps !!) qui battait le rythme sur une chaise, Hervé (le contrebassiste) est capable d’arrêter le concert pour prendre la pose devant le photographe (c'est moi, merci Hervé), tout ceci sans perdre le fil du spectacle et en faisant monter le rythme crescendo pour offrir à la fin un joli rappel en acoustique : que du bonheur.

Il y des jours comme ça où on ne regrette pas d 'avoir fait 1h15 d'embouteillage, de se coucher à 2h (eh oui les images, il faut les trier et le sauvegarder) et donc de se lever avec de petits yeux le lendemain, assurément ce mercredi en faisait partie.

Si ce billet vous a donner l'envie d'aller les voir en concert, vous pouvez suivre leur actualité sur leur facebook et pour suivre la programmation de ce lieu c'est ici.





























photos / Jean Philippe Trotier





A écouter et à découvrir ici :








2 commentaires :

Clara a dit…

Wahou! Magnifiques photos. Chapeau.
la contrebasse illumine de toutes des couleurs sur fond noir, c'est chouette. Z'êtes bien beaux les gars, vous respirez le bonheur!

Mistigri noir a dit…

très belles photos en effet ! manque plus que le son des concerts et on s'y croirait ! D'ailleurs il me semble avoir entendu 'Gargaillot' ...
belle continuation et à vous re-re-re-voir !